AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Et si... Naruto avait été une fille?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naruko
Guerrier de classe moyenne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 246
Age : 23
Date d'inscription : 25/12/2007

Feuille de personnage
Moyenne Rp: 10/20
Nombre de Rp noté: 0

MessageSujet: Et si... Naruto avait été une fille?   Jeu 24 Jan - 15:53:49

Chapitre 1: La fille du Yondaime

A la lueur de la cité en flammes, les cris l’atteignaient, chaque nouvelle plainte, chaque nouveau gémissement lui saignait le cœur, jusqu’à ce que son successeur ne le rejoigne.

- Tu es enfin arrivé.

- J’ai fait au plus vite…

- C’est l’enfant ?

- Oui, la fille de Kushina…

- La tienne donc.

- Egoïstement, je voulais que ce soit Mikoto qui accouche en premier.

- Et Kushina ? Comment elle se porte ?

- Quand elle a su ce que je prévoyais de faire, elle ne l’a pas supporté.

- Je suis vraiment désolé.

- Elle s’appelle Naruko, pourras tu bien t’occuper d’elle ?

- Ne t’en fait pas Minato ... je peux la prendre un instant ?

Le Yondaime hésita un instant mais confia l’enfant au Sandaime, celui-ci retira la couverture pour mieux observer le bébé endormi.

- Elle est vraiment belle, remarqua le Sandaime.

- Tout comme sa mère.

- Ce serait dommage de la priver de sa seule famille restante.

Le blond sursauta de stupeur mais d’une vive manchette au cou, le troisième Hokage de Konoha l’assomma.

- En ces temps troubles, Konoha à besoin d’un leader jeune et performant comme toi, argumenta Sarutobi au corps inanimé, pas d’un vieux comme moi, même si je n’ai que cinquante six ans, ricana le vieil homme.

Le Sandaime disparut soudain en posant l’enfant auprès de son père, c’est lors de cette nuit, rougie par les flammes et crevée par la pleine lune que Kyubi disparut du village sans que personne ne comprenne ce qu’il s’était passé, laissant sur le sol le corps inerte du Troisième Hokage.
12 ans plus tard.


Une jeune fille, cheveux blond tressés jusqu’aux fesses et soutenus par un kunai, yeux bleu, bottes noires, jupe orange fendue devant et derrière, un survêtement noir avec une large bande verticale orange à manches courtes, des coudières oranges et des mitaines noires, faisait face à son père, l’homme lui comme sa fille était aussi blond aux yeux bleu, ceux-ci était pétillant de malice et dans sa cape blanche bordée de flammes rouges, il affichait un fin sourire moqueur.

La jeune fille courut vers son père et lui envoya des shurikens, l’homme les dévia avec un large sourire, arrivé à son niveau, la fille sauta et donna un coup de pied au visage qui circula dans le vide, en retombant au sol, elle fut poussée en avant et maîtrisée au sol par une clef de bras.


- Père, tu pourrais pas rester sur place pour une fois ? Histoire que je t’en colle une ?

- Si tu veux tellement pouvoir me frapper, tu n’as qu’à être plus rapide que moi, se moqua t-il en la lâchant.

- Plus rapide que toi ? Tu es le ninja le plus rapide de Konoha, comment veux tu que je te dépasse un jour ?

- Ah bon ? Avec une mentalité pareille, tu ne m’auras jamais.

- T’es pas drôle, soupira la jeune fille, tu pourrais au moins m’aider à maîtriser ton Shushin no jutsu.

- Naruko, ma chérie, je t’ai déjà montré comment faire, si tu veux la maîtriser, entraînes toi.

- La dernière fois que j’ai essayé j’ai manqué la balise de quelques mètres et je me suis mangée un arbre.

- Tu avais si faim que ça ?

- Arrête de te moquer, t’es chiant.

- Oui mais c’est le plaisir de tout père de pouvoir se moquer de sa fille chérie, rigola le blond.

Le Yondaime se leva et plaqua un baiser sur le front de sa fille.

- J’ai du boulot, continu de t’entraîner et fait toi belle pour ce soir, y’a tonton Jiraya qui vient manger à la maison.

En retour Naruko lui tira la langue.

Après un dur entraînement, Naruko s’adossa à l’ombre d’un arbre pour souffler, elle songea un peu à la technique qui avait rendu son père célèbre sous le surnom d’éclair jaune de Konoha, mais sa rêverie lui empêcha de sentir un ami qui arrivait.

- Ton père n’est pas là ? demanda l’ombre au creux des arbres.

- Sasuke-kun ?

- Qui d’autre, alors ?

- Non, il avait du travail alors il est parti.

Sasuke s’allongea dans l’herbe à un mètre de la fille de manière à profiter du soleil, Naruko était la seule qu’il approchait, pas parce que les filles le révulsait, ni parce que le Yondaime était devenu son parrain depuis l’assassina de sa famille, mais parce qu’elle était la seule qui ne braillait pas des « Sasuke-kun » par-ci par-là, même s’il préférait la solitude, il lui arrivait de lui tenir un peu compagnie sans savoir pourquoi.


Sasuke qui regardait la scène éclata de rire.

- Tu crois pouvoir faire mieux ? S’empourpra Naruko de colère.

- Non, la calma Sasuke les main en signe de paix, mais j’ai trouvé ça très drôle.

- Et gnagnagna.

- Au lieu de t’entraîner pour des techniques dont tu n’as pas le niveau tu ferais mieux de revoir tes bases, l’examen pour passer genin est prévu pour la semaine prochaine.

- Aucune inquiétude à avoir, ils vont nous faire faire un bunshin.

- Comment tu sais ça ?

- Disons que ça aide d’avoir un père Hokage.

- Et lui t’as dit ça comme ça ?

- Hum ... pas vraiment, disons que j’ai profité d’un moment où il dormait pour fouiller son bureau.

- Pfff

- Quoi ?

- Comme s’il ne s’en était pas aperçut ...

- On verra.

- Comme tu le dis ... bon j’y vais.

- Où ?

- Je rentre chez moi.

Sans un au revoir, le glaçon prit la route de chez lui.

Vingt minutes plus tard, Naruko prit le chemin de la maison en passant par la rue commercial, « fais toi belle pour ce soir, y’a tonton Jiraya qui vient manger à la maison », depuis quand son père lui demandait de se faire belle pour recevoir le grand dadais, en plus la dernière fois qu’il était venu, il l’avait mise mal à l’aise à force de la fixer comme il l’avait fait.

Naruko s’arrêta devant la vitrine d’une boutique de vêtements et regarda une robe chinoise bleu nuit rebrodée de fils d’argent en forme de dragon.

- Ca coûte cher mais ça t’apprendra à te moquer de moi, murmura la blonde pour elle-même.

- Tu comptes encore envoyer la facture à ton père ? demanda quelqu’un derrière Naruko.

- Hum ? Salut Ino, Sakura.

- Tu as de la chance d’avoir un père aussi cool, soupira Ino, le miens passe sa vie à boire avec ses anciens camarades ou partir en mission, il ne prend pas mon entraînement au sérieux.

- De quoi tu te plains, mes parent ne sont même pas ninja, répliqua Sakura.

- Ouai mais mon père est ignoble à l’entraînement, il n’hésite pas à me piétiner, souffla la fille de l’Hokage.

- Pauvre petite ... mais dit moi Sasuke-kun t’as rejoint à l’entraînement ? Insinua Ino.

- Hmmm, répondit évasivement Naruko.

- JE LE SAVAIS, beugla Ino.

- Calme toi Ino, Naruko ne ressent rien pour Sasuke-kun n’est-ce pas, on a toutes nos chance, enfin moi car ça m’étonnerai qu’il s’intéresse à une truie comme toi.

- Répète ça gros front?

Pendant qu’elles se chamaillaient, Naruko s’éclipsa en laissant son envie de dépense dans la vitrine, quelques rues plus loin, ses pas lui firent percuter une connaissance de son père, un homme au cheveux argentés ébouriffés en tenue de juunin.

- Excusez moi, je ne faisais pas attention où j’allais ... on s’est déjà vue ?

- Oui, Kakashi, j’étais ...

- Ah oui, vous étiez l’élève de mon père.

- C’est ça, en parlant de ça, qu’est-ce que tu lui offres ce soir ?

- Ce soir ?

- Etant sa fille, tu n’as pas oublié que ce soir, on fête ses trente huit ans.

Le visage de la jeune fille devint blême, plus ses pupilles se rétractaient plus le sourire de l’épouvantail s’élargissait sous son masque.

- Putain ...

- Héhéhé, je doute que ton père apprécie ce mot de ta bouche jeune fille.

- Désolé ça m’a échappé, dites Kakashi-san, vous êtes occupé ?

- Non, en fait je cherche moi aussi un truc pour ton père et ...

- Parfait, le coupa la blonde.

La jeune fille entraîna Kakashi à sa suite vers une rue commerçante assez chic en se frayant un chemin dans la foule.

...A SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naruko
Guerrier de classe moyenne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 246
Age : 23
Date d'inscription : 25/12/2007

Feuille de personnage
Moyenne Rp: 10/20
Nombre de Rp noté: 0

MessageSujet: Re: Et si... Naruto avait été une fille?   Jeu 24 Jan - 15:55:23

la suite du chapitre u_u il parais qui yavé boudoup tros de carachtére >_>


LA SUITE:

Le soir à la maison du quatrième, Yondaime parlait avec Jiraya, Kakashi et Iruka, Sasuke restait dans un coin pendant que Naruko s’habillait.

- Bon, ta fille est bientôt prête ? S’impatienta Jiraya, j’ai un peu soif et demain j’ai une enquête à mener.

- Enquête qui va aboutir au Onsen comme d’hab' et comme tu le dis, c’est une fille il lui faut du temps, Iruka? Comment elle se débrouille en cour ?

- Bien, elle est deuxième sur une trentaine donc ça veut tout dire.

- Laisse moi deviner qui est le premier.

Yondaime s’approcha de Sasuke et joua du coude avec sa mine de conspirateur.

- Dit moi, Sa-su-ke-kun, t’as une fille en vue ?

- En tout cas, il a la cote à l’académie, rigola Iruka.

- Peuh, toutes les filles de l’académie ne sont que des pimbêches qui n’arrêtent pas de glousser ou brailler.

Cette remarque fit rire tout le monde ou presque, Sasuke se prit un coussin en pleine poire, Naruko se tenait à côté d’un canapé, le poing serré.

- Je ne sais pas si tu as remarqué Sasuke, mais je suis une fille de l’académie et ta description ne me convient pas.

- C’est pas comme si tu en faisast partit… enfin si t’es une fille mais…

- Tu t’enfonces, nota la blonde.

- Il m’est d’avis que tu ne devrais plus ouvrir la bouche devant elle, chuchota le quatrième au brun.

Sasuke baissa la tête et couina une brève excuse.

- Mais c’est qu’elle est belle notre petite princesse, s’écria Jiraya pour changer de conversation.

Maintenant que c’était dit, les hommes s’étaient mis à détailler la jeune fille, sa longue tresse avait été défaite et les cheveux battaient librement sur son dos, elle portait la robe qu’elle avait vue l’après midi en ville à la différence qu’elle l’avait payé de ses économies.

- Arrêtez de me regarder comme ça, c’est gênant, rougit Naruko.

- C’est pourtant vrai ce que dit Jiraya, tu es vraiment mimi, rajouta Yondaime.

Naruko prit un paquet au sol et l’envoya vers la tête de son père espérant le toucher.

- Joyeux anniversaire, père.

Yondaime rattrapa habilement le paquet et envoya à sa fille un sourire de vainqueur.

- Merci, « princesse », c’est drôle mais ce matin j’ai cru que tu avais oublié.

- Comment pourrais-je oublier l’anniversaire de mon père, répondit Naruko en échangeant un regard entendu avec Kakashi : Merci - de rien.

Yondaime retira une longue étoffe du paquet, presque identique à l’ancienne cape, le presque désigne la forme, pour le reste, elle était d’une couleur rubis avec des entrelacs de fils dorés représentant une fleur de lotus au niveau des manches et sur le col.

- Elle est magnifique, merci ma chérie.

- J’ai pensé qu’il fallait renouveler ton apparence, dit-elle en souriant à Kakashi pendant que l’Hokage enfilait son cadeau.

Sasuke qui avait observé leur manège comprit tout de suite : « Elle avait bien oublié l’anniversaire à son père et ce gars là lui à sauvé la mise, pitoyable. »

- Bien, s’exclama Minato avec son air de m’as-tu vu, et si on passait à table, Naruko nous a préparé de délicieux plats.

- C’est elle qui à fait la cuisine ? Sursauta Jiraya en se remémorant un certain repas, il y a quatre ans de cela.

- Heureusement, se vanta Naruko, sinon on serait bon pour manger des ramens.

- Mais ...

- Silence, vieux débris, s’emporta la blonde, je cuisine mieux qu’il y a des années alors attend de goûter avant de râler.

- « vieux débris, je ne fais pas si vieux ... » Quel caractère, je croirais entendre ta mère.

A la surprise de tout le monde Naruko ne répliqua pas, ses yeux étaient comme vide, elle fit volte-face et entra dans la cuisine, les spectateurs se tournèrent vers le père pour avoir une réponse quant à la réaction de la jeune fille.

- ... Elle ne m’en parle pas mais je sais qu’elle regrette de ne pas avoir connu sa mère, elle m’a moi mais même le meilleur des pères ne peut remplacer une mère.

Sasuke ne pouvait qu’être d’accord, lui qui avait grandi auprès d’une famille complète et heureuse jusqu’à se que son frère lui arrache cette joie.

Il y eut un long moment de silence puis Sasuke passa dans la salle à manger suivit du reste de la troupe, Naruko les rejoignis dix minutes plus tard avec les plats, Jiraya du reconnaître que la gamine avait beaucoup progressé en cuisine, si bien qu’il se prit un poing de Naruko dans la figure pour lui avoir dit que plus tard, elle pourrait se réorienter en tant que femme au foyer, la fin de la soirée fut festive, les rires attisés par un duo comique Yondaime/Jiraya, Kakashi lisait un livre de genre plus que douteux, Sasuke d’une habitude froide souriait avec Iruka entre l’amusement et la consternation des pitreries de l’Hokage et de son maître, alors que Naruko dormait affalée sur un canapé.

Une semaine plus tard : Examen Genin.

- Namikaze Naruko.

- Oui !

Naruko entra dans la salle de classe, de première vue, il y avait le professeur Iruka derrière son bureau ainsi qu’une paire de jambes posées dessus, en avançant au centre de la pièce, elle fut étonnée de découvrir à qui appartenait ces jambes.

- Père, qu’est-ce que tu fais là ?

- Je suis venu t’encourager évidemment.

- Et te payer une longue file de participants ?

- Bah ... y’a de drôle de phénomène et on rigole bien.

- On commence ? Proposa Iruka.

- Oui.

- Alors fait nous un clonage.

- Un seul ?

- Fait nous en un maximum.

Naruko se mit en position et créa cinq clones consistants.

- Eh bien, je n’en demandait pas autant, applaudit Iruka pendant que Naruko annulait sa technique.

- Recalée, annonça le Yondaime avec une expression sérieuse au visage.

- Quoi ? Mais pourquoi ?

- Je sais que tu as fouillé dans mon bureau pour connaître le sujet du test et tu as eut tout le temps de t’y entraîner par rapport à tes camarades.

Sans mot, Naruko sortit de la salle les larmes au yeux bousculant au passage les derniers participants qui se demandaient se qu’il venait de ce passé.

- Vous êtes un peu dur avec elle, la défendit Iruka, elle a quand même réussi un clonage de l’ombre.

- Je sais et j’en suis fièr, non, elle est reçue, j’ai juste joué la comédie pour lui donner une bonne leçon, ricana Yondaime.

Naruko était sortie du village par un chemin connu d’elle seule puis elle déboucha dans une petite clairière entourée d'arbres où elle allait quand elle avait besoin de solitude, la blonde s’approcha d’un tronc usé par les traces de coups.

Elle effleura ce tronc et se laissa pleurer, certes c’est vrai qu’elle avait exagéré en fouillant dans le bureau de son père mais ça n’aurait rien changé, elle frappa l’arbre une fois, une seconde puis une troisième fois puis s'acharna dessus dans le but de calmer son chagrin.
Dix minutes plus tard, elle s’allongea dos à l’arbre, les poings tremblants et ensanglantés, ce petit défoulement lui avait fait plus de mal que de bien, fatiguée, elle s’endormit.

Quand elle rouvrit les yeux, un jeune homme était pratiquement sur elle et lui prenait les mains dans les siennes.
La blonde se dégagea et le repoussa, l’homme retomba en arrière puis éclata de rire.

- C’est une drôle de façon de me remercier de vous avoir soigné.

La fille du quatrième regarda ses mains, sa peau abîmée par les coups avait recouvré son aspect normal, elle regarda l’homme, il avait été sympa de la soigner mais elle ne lui avait rien demandé donc elle ne lui devait rien.

- Désolé mais je me réveille et je trouve un inconnu qui me chevauche à moitié, y’a quand même de quoi se poser des questions.

- C’est vrai, j’aurais dû d’abord vous réveiller, Naruko-hime, dit l’homme en réajustant ses lunettes.

- Vous savez qui je suis ? S’étonna la blonde.

- Tout le monde sait que vous êtes la fille du Yondaime Hokage.

- La belle affaire ... soupira la jeune fille, j’aurais aimé être la fille d’un ninja anonyme, au moins je n’aurais pas à supporter les courbettes ou d’être appelée princesse à longueur de journée.

- Et ça aurait empêché certaine personne de s’intéresser de trop près à vous.

- Pardon ?

L’homme brisa la faible distance qui les séparaient et plaça une main chargée de chakra au niveau du sternum, le souffle coupé Naruko s’évanouie dans les bras de son agresseur.

- En effet, vous êtes un bon moyen de pression sur votre père, Yazu, Taoh.

Deux ninjas en tenu grise apparurent prêt à obéir.

- Oui Kabuto-sama ?

- Emmenez cette gamine au maître et en un seul morceau, moi je dois continuer mon infiltration.

L’un des deux prit Naruko sur une épaule et partit suivit de son compagnon vers le nord.
L’homme aux cheveux gris secoua la tête et se dirigea vers Konoha.



...A SUIVRE

La c'est vraiment la fin du chapitre ^^ , laisser des review *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yondaime
Guerrier de classe moyenne
avatar

Masculin
Nombre de messages : 174
Age : 24
Date d'inscription : 16/12/2007

Feuille de personnage
Moyenne Rp: 10/20
Nombre de Rp noté: 0

MessageSujet: Re: Et si... Naruto avait été une fille?   Ven 25 Jan - 17:55:53

Franchement, j'adors. C'est toi qui la écrit ?? Si oui chapeau, on va enfin passer a l'action, j'espere que tu va nous faire un superbe chapitre
Bref GG et bonne chance pour la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naruko
Guerrier de classe moyenne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 246
Age : 23
Date d'inscription : 25/12/2007

Feuille de personnage
Moyenne Rp: 10/20
Nombre de Rp noté: 0

MessageSujet: Re: Et si... Naruto avait été une fille?   Dim 27 Jan - 14:22:53

lol merci la suite est deja mise je suis coincé au 24 éme chapitre ^^



Chapitre 2: Kyubi/Team 13

Il commençait à se faire tard, Yondaime attendait avec Sasuke pour « fêter » la réussite des deux à l’examen, Minato commença à faire les cents pas, personne n’avait vu Naruko du reste de la matinée, il lui arrivait de faire des caprices mais elle rentrait toujours pour manger, il décida que s’en était assez, il prit sa veste et sortit accompagné du jeune Uchiha.

Le quatrième frappa chez son élève.

- Yo sensei, je peux faire quelque chose pour toi ?
- Oui, Naruko a disparu et j’ai besoin de tes talents de pisteur.
- D’accord, je prends mon matos et j’arrive…
- Tu peux aussi « la » prévenir que tu pars en mission, n’est ce pas Rin ?
- Oui, sensei, fit une voix dans l’appartement, et si vous le souhaitez, je peux même vous accompagner.
- Avec plaisir, ça nous fera un med-nin dans l’équipe au cas où.


Les quatre se concertaient à la sortie du village, Yondaime tendit un vieux ruban de Naruko à Kakashi, l’épouvantail le fit sentir par ses chiens et après quelque minute d’attente une piste fut découverte par le chef de meute, un adorable petit chiot du nom de Pakkun, celui-ci les mena à une clairière au abord de laquelle un arbre était tâché de sang.

- C’est là que commence la piste, les informa Pakkun.
- Quel genre de blessure peut tâcher un arbre comme ça ? Se demanda Rin.
- Une blessure au cœur, ricana Sasuke, connaissant le sale caractère de Naruko, elle a dû se défouler un peu.
- Pourquoi ?
- Demande ça à l’Hokage, c’est lui qui est en tord.

Minato les regarda en souriant nerveusement.

- Par là, les prévint Pakkun en reniflant le sol, mais y’a deux autres odeurs que je ne connais pas, vu la faiblesse des effluves je dirai qu’ils ont 2 ou 3 heures d’avance.
- Tant pis on avisera, conclu Yondaime.

Pakkun leur emboîta le chemin à la poursuite des kidnappeurs.

Les serviteurs de Kabuto étaient entrés dans une grotte profonde creusée par l’homme, ils approchèrent une forme massive au centre d’une salle circulaire éclairée par un trou au plafond.

- Qu’est-ce que vous m’apportez ? demanda le silhouette massive
- Désolé Sasori-sama, votre dormeur au service d’Orochimaru voulait qu’on lui apporte cette otage et nous avons penser qu’il valait mieux vous la confier plutôt qu’au serpent, dit le porteur de Naruko en la déposant au sol.
- Et que ferais-je de cette fille, répliqua Sasori en jetant un coup d’œil à l’otage.
- Je pourrais la transformer en œuvre d’art, proposa une voix dans l’ombre de la salle.
- Calme toi Deidara…
- En plus je suis sur que tes pions n’ont même pas prit le soin de masquer leurs traces.

L’un des deux hoqueta de peur, ils étaient venus d’une traite et n’avaient pas pensé à effacer leur chemin.

- Tu vois qu’est ce que je disais, ironisa Deidara.
- Cette gamine est importante ? Les questionna Sasori.
- C’est… c’est la fille de l’Hokage de Konoha.
- Pauvres imbéciles, ce lieu est très important et vous les y menez comme ça.

Deux serpents d’argiles s’enroulèrent au cou des deux ninjas et explosèrent, leurs têtes volèrent avant de rouler par terre.

- Deidara emmène la dans un cachot du sous-sol, je vais devoir faire un rapport au boss.
- Ok.


Naruko se réveilla dans un endroit sombre et humide, elle regarda autour d’elle et vit qu’elle était enchaînée au mur d’un cachot, tel le torrent d’une rivière, la mémoire lui revint en force, elle avait baissé sa garde devant cet inconnu, un inconnu dont elle ne se souvenait pas le visage tel un souvenir trop lointain et la voilà prisonnière, « tu parles d’une kunoichi se dit-elle. »
La blonde tira sur ses entraves mais celles-ci étaient trop résistantes alors elle abandonna, une voix attira son attention.

« Tu voudrais t’enfuir, n’est-ce pas ? »
- Evidement.
« Aide moi et je t’aiderais »
- Qui êtes vous, je ne vous vois pas…
« Je vais t’amener jusqu’à moi »

Les chaînes qui bloquaient les poignets de Naruko, se désagrégèrent comme si le temps s’était attaqué au métal puis ce fût le tour de la porte de la cellule, le bois de la structure prit feu et rapidement s’éteignit laissant des cendres au sol.
Naruko sortit prudemment, l’obscurité régnait dans le couloir.

- Par où maintenant ? demanda t-elle au vide glaciale qui l’entourait.

Des bougies accrochées au mur s’allumèrent pour indiquer le chemin, la blonde n’était plus si étonnée et courut dans la direction indiquée jusqu’à une double porte en acier scellée.

« Déchire ces sceaux et entre »
- Comment avez-vous pu me libérer en dehors de cette prison ?
« Pose pas de question, l’essentiel c’est que tu sois là. »

Naruko retira les scellés un par un et ouvrit la porte, la salle était aussi plongée dans l’obscurité, elle marcha et percuta quelque chose de dur et doux à la fois.

- Qu’est-ce que c’est que ça ?
« C’est une de mes pattes. »

La jeune fille recula et la salle sembla s’embraser, la vision qui lui faisait face la terrifia jusqu’au plus haut point.

- Vous… vous êtes le monstre… qui a tenté de détruire Konoha, il y a…
« 12 ans, c’est exact. »
- Et vous voulez que je vous libère ?
« Je pourrais te dévorer si je le voulais »
- Qu’est-ce qui me dit que vous n’attaquerez pas Konoha encore une fois ?
« Toi aussi tu veux faire un pacte ? »
- Un pacte ?
« Le vieil Hokage en a passé un avec moi, sa vie en échange de la promesse de ne plus jamais approcher Konoha »
- Et comment en êtes vous arrivé là ?
« Je ne préfère pas en parler, si ça venait à ce savoir, les autres démons riraient bien de moi, dépêche toi seulement de me libérer. »
- Comment dois-je faire ?
« Il y a une roue derrière toi, elle contrôle un sceau souterrain qui absorbe ma force, tourne la et je ferais le reste »

La blonde s’approcha de la roue et tira de toute ses forces mais rien à faire, elle ne tourna pas d’un pouce.

- C’est trop dur… ragea la fille.
« Je t’aurais donné un coup de main mais comme tu le vois je suis un peu coincé là »
- Arrête avec tes sarcasmes, sale renard, tu me les tapes.
« Montre moi un peu de respect, misérable humaine, le fait que je t’aide à sortir d’ici ne t’autorise pas à me tutoyer ni à m'insulter »
- Désolé… mais pour l’instant, c’est plutôt moi qui t’ai… qui vous aide.
« Je préfère ça, tiens tu veux un peu d’aide ? Je vais t’en donner. »

Le chakra de renard submergea Naruko et un cri strident retentit dans le repère suivit d’une secousse.


La team du Yondaime arriva au bord d’une falaise juste à temps pour voir une tornade de flamme sortir d’une montagne en face d’eux tel un volcan en irruption.

- Pakkun ? L’interrogea Kakashi.
- C’est par là.
- Faisons vite mais soyez prudent, conseilla Minato.

L’équipe arriva sur les lieux de la luminosité, au fond du trou qui creusait la montagne se trouvait la silhouette inanimée de Naruko, Yondaime et sa suite la rejoignirent rapidement.

Minato secoua légèrement sa fille mais elle ne réagit pas.

- Rin ?

La med-nin se pencha au dessus de Naruko et fit un rapide examen de son état.

- Fatigue extrême… comme si elle n’avait pas dormit depuis des jours, de plus elle n’a quasiment plus de chakra, et une étrange brûlure au bras.
- Elle ne risque rien ?
- Non, il faut juste qu’elle se repose, nous devrions retourner à Konoha.

Deux silhouettes regardaient les shinobi de Konoha emmener la fille.

- Quel plaie, cette pétasse l’a libéré, maintenant le boss va nous passer un savon, râla Deidara.
- Nous n’aurons qu’a l’emprisonner de nouveau…
- T’es vraiment impossible, d’après le chef ils ont dû se mettre à 6 pour l’emprisonner, en le piégeant en plus, c’était avant que toi et moi ne rejoignions l’Akatsuki.
- Je sais, trois en sont morts, nos prédécesseurs ne valaient rien, tout simplement.
- N’empêche que le boss nous avait mis à la surveillance de ce renard… tiens.
- Quoi ?
- Ce gosse là-bas.
- Il porte l’emblème des Uchiwa, ce doit être le frère d’Itachi.
- Maintenant que tu le dis, il n’a jamais parlé de sa famille.
- Normal, vu qu’elle a pratiquement disparut par sa main.
- Hein ?
- Tu es sourd, Itachi a presque entièrement détruit sa famille.
- Le presque doit être cet enfant.
- Exact, il a dû avoir pitié…
- Pitié ? Sasori, on parle bien du même Itachi ?
- …
- Allez quoi répond.
- J’ai un rapport à faire…


Sa vue s’éveilla sur un plafond blanc qui la flasha, lentement ses yeux s’adaptèrent sur cette clarté, Naruko regarda autour d’elle, la salle était vide, sur la table de chevet était posé un vase contenant ses fleurs préférées : des larmes de diables, fleur dont les pétales large mais pointues faisaient un dégradés du rouge sang vers le bleu nuit, devant le vase brillait un bandeau frontal rouge.
Cette vision la renfrogna, un de ces camarades avait dû lui rendre visite et l’avait oublié.
La jeune fille essaya de se lever mais prise de vertige, elle se renfonça dans son lit aussitôt, elle tendit ensuite ses bras tremblants devant elle, ils étaient bandés et sous les bandages sa peau lui brûlait.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Se demanda t-elle.
- Bonne question, fit une voix connue en entrant discrètement dans la chambre.
- Père.
- Chut, lui intima l’Hokage, j’ai eu du mal à t’apporter des ramens sans me faire repérer par les infirmières.
- C’est sûr, c’est loin de correspondre au régime d’un blessé.
- Oh non, c’est pas pour ça, c’est juste que ton père a un charme fou et qu’elles me sautent dessus à chaque fois, se vanta Yondaime.

L’Hokage aida sa fille à s’asseoir convenablement et lui tendit un récipient fumant.
Elle mangea silencieusement avec son père, quant elle eut finit, ils discutèrent de ce qu’il s’était passé, la blonde ne préféra pas dire qu’elle avait libéré un démon, « le démon » de sa cage alors elle joua la carte de l’amnésie, elle comprit aussi l’origine de ses brûlures, par intermédiaire de son chakra, Kyubi avait pris possession de son corps mais pourquoi ne l’avait-il pas fait depuis le début ? Naruko en conclu que c’était sûrement dû à l’esprit tordu du renard.

- Depuis combien de temps je suis alitée ? demanda la fille.
- Quatre jours déjà, répondit Yondaime en regardant les fleurs.
- …
- Et je vois que tu as un admirateur, rajouta t-il.
- Elles ne sont pas de toi ?
- Nan mais ça si.

L’Hokage prit le bandeau et le mit dans les mains de sa fille, elle regarda l’objet une bonne minute en silence avant de regarder son père dans les yeux d’une manière sévère.

- « Elle va gueuler, supposa le père devant l’expression de sa fille ».
- Tu te fous de moi, cria t-elle.
- « Qu’est-ce que je disais ». Ce n’est pas de la pitié, la rassura t-il, tu as le niveau Genin, c’était juste pour te donner une leçon, tu le méritais et ne dit pas le contraire.
- Hmm, Quand est-ce que tu l’as sû ?
- Eh bien… Sasuke m’a prévenu bien avant que tu passes.

Naruko était hébété, non seulement son père ne l’avait même pas remarqué de lui-même mais son meilleur ami l’avait trahit.

- Celui-là dès que je mets la main dessus, il passera un sale quart d’heure, promit-elle.
- Possible mais tu attendras car il est partit au pays de l’herbe en mission avec son équipe.
- En mission ? pfff et y’a qui dans son équipe ?
- Ta copine Sakura.
- Elle dois être contente, souri la blonde.
- Elle l’est, ensuite un petit blond turbulent, Oyashio Kula.
- Bien fait.
- De quoi ?
- Oyashio dit le petit frère, il idolâtre Sasuke comme une divinité, pire que les groupies qui gueule des « SASUKE-KUN KYAAAA » enfin malgré tout il passe son temps à faire des bêtises.
- Pourtant ils sont soudés.

Naruko regarda son père d’un œil perplexe.

- C’est vrai sinon Kakashi ne les auraient jamais accepté s’ils n’avaient pas fait un bon travail d’équipe.
- Parce que c’est Kakashi-san leur sensei ? La chance…
- Tu veux la composition de ton équipe ?
- On n’a pas de test à passer ?
- Non, disons que ça aide d’avoir un père Hokage.
- Bon… annonce le malheur que j’aille me pendre.
- Alors pour commencer, il y a… toi, dit-il avec un sourire.
- Sans blague.
- Zekk Mitsuka.
- Je vois…
- Il est bon ?
- Je ne sais pas vraiment, il était très calme en classe, assez sympa en plus.
- Itomi Koichi.
- Connais pas.
- Pas étonnant, elle n’a pas fait ses classes à Konoha.
- Elle n’est pas du village ?
- Elle n’y est pas née, c’est la fille de Jiraya.

la suite sur le prochain message tros de carachtére ^^''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naruko
Guerrier de classe moyenne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 246
Age : 23
Date d'inscription : 25/12/2007

Feuille de personnage
Moyenne Rp: 10/20
Nombre de Rp noté: 0

MessageSujet: Re: Et si... Naruto avait été une fille?   Dim 27 Jan - 14:23:28

=>>

Naruko éclate d’un rire sonore, son père était amusé aussi à l’image de Jiraya, père de famille mais n’en rajouta pas.

- Je ne savais pas qu’il était marié, renifla Naruko en essuyant ses larmes d’amusements.
- Il ne l’est pas, juste sa partenaire qui a cédé à ces avances, ça n’a duré qu’une nuit mais assez pour qu’elle tombe enceinte.
- Elle l’a laissé tombé ?
- Heu, elle est venue me voir le lendemain pour demander à être affecter à une mission de longue durée à l’extérieur du village.
- Voilà une façon bien détournée pour rompre ou alors elle était en mal de maternité…
- Si tu le dis, enfin comme la mère d’Itomi est la meilleur med-nin du monde…
- T’exagère pas un peu ?
- Non je suis sérieux.
- Donc Itomi doit avoir de bonnes capacités de ce côté, elle arrive quand à Konoha ?
- Demain d’après la lettre, donc tu sors de l’hosto ce soir.
- Et notre sensei, qui c’est ?
- Yamato Denzou, c’était l’un des hommes de Kakashi quand il faisait partit de l’Anbu.
- … Tu viens de me révéler des secrets militaires confidentiels.
- Pas grave entre nous, se moqua l’Hokage, bon je te laisse te reposer si tu veux être en forme pour accueillir ta coéquipière demain, conclu Yondaime en donnant une tape amicale sur un des bras blessés de sa fille.

Celle-ci l’engueula mais le quatrième était sortit de la chambre un sourire aux lèvres, preuve qu’il s’en moquait royalement.


Le lendemain Yondaime, Jiraya et Naruko étaient postés à la porte sud de Konoha à attendre les arrivants.
A l’horizon, trois silhouettes apparurent, trois femmes, la première, la plus grande des trois était blonde les cheveux coiffés en deux queux de cheval, les yeux couleurs noisettes et des formes généreuse dans un kimono, la seconde était une jeune brune aux yeux noirs d’une vingtaines d’années (28)dans un kimono noir et blanc, la dernière la plus petite, des cheveux couleur de neige coiffés en une queue de cheval haute et des yeux noisette comme sa mère avec le même kimono que la seconde.

Arrivant à une dizaine de mètre d'eux, Jiraya courut vers les femmes, bras écartés en hurlant un "Tsunade", la grande blonde l'accueillit d'un uppercut qui l'envoya s'écraser dans le centre de Konoha avec un "Splash" sonore.

- Pile dans le Onsen, constata Yondaime.
- Pas fait exprès, espérons seulement qu'il ne soit pas tomber du mauvais côté.
- Oui en effet, je suis content de te savoir de retour Tsunade.
- Moi aussi gamin, moi aussi, tiens je te présente mon assistante : Shizune.
- Enchantée, fit celle-ci en rougissant.
- Et ma fille, Itomi.
- Salut.
- Tu dois être Naruko, demanda Tsunade à l'adresse de la fille de Yondaime.
- Oui c'est bien ma fille, Naruko-hime, répondit son père en posant sa tête sur une épaule de sa fille.

Naruko donna un coup du revers du poing dans le visage de son père.

- Oui c'est bien moi, reprit la blonde en s'inclinant.
- Et elle déteste être appelée princesse, ricana Minato en se tenant le nez en sang.
- Je m'en souviendrais mais tu sais c'est pas si terrible que ça ...
- Si, juste parce que je suis la fille de l'Hokage, je dois supporter le lèche-botting des habitants, y'a rien de plus navrant, j'ai rien fait pour mériter ça.
- Et moi mon grand-père est le fondateur de ce village, réfléchit bien, être adulée à souvent ses avantages, conclu Tsunade avec un clin d’œil.
- Chérie, dit Yondaime à sa fille, tu fais visiter la ville à Itomi? Moi je dois m'entretenir avec sa mère, ensuite rentrez à la maison, elles vont loger chez nous quelque temps.
- Ok, pas de problème, viens Itomi.
- Je te suis.

Les deux filles passèrent leur journée à se promener en ville, Naruko lui présenta quelques une de ses copines comme Sakura, Ino et Hinata, puis elle lui montra certain lien tranquille et finir par les quartiers résidentiels, des plus beaux jusqu'au plus mal fréquentés.
Lorsqu'elle décidèrent d'en finir, tard le soir au milieu d'une des rues sombres, elles croisèrent leur futur coéquipier, celui-ci était assis dos à un bar en train de fumer une clope, habillé d'un ensemble bleu sombre (short et t-shirt) le bandeau frontal au front, la chevelure de couleur de noire en pétard, les yeux bleus foncés et deux anneaux à l'oreille gauche.

- C'est toi Zekk?

Le garçon porta son regard sur la fille qui venait de parler.

- Princesse Naruko, que me vaut le plaisir...
- Oh, ça va, laisse tomber le "princesse", tout le monde sait que ça me tape sur le système quand on m'appeler comme ça.
- Je sais mais tout le monde s'amuse quand tu t’énerves.
- Et toi, qu'est ce que tu fais là?
- Bah, je fume une clope.
- Je vois ça, commence à 12 ans et tu en mourras très tôt.
- De toute façon, être ninja nous risque à crever sur le champ de bataille alors... et puis mon père s'en branle.
- Mouai pas faux, tiens comme on va faire équipe je te présente Itomi, notre partenaire.
- Salut, moi c'est Zekk.
- Enchantée, moi c'est Itomi.

Derrière eux dans le bar, un bruit de casse se fit entendre, Zekk se releva rapidement et y entra suivit des deux filles.
Comme un seul homme, toutes les personnes présentent se tournèrent vers les arrivants, plus particulièrement vers les filles, Zekk ayant l'habitude de voir ces regards les prévint.

- N'y pensez même pas, si l'un de vous les touches, je le bute.

Les clients retournèrent à leur occupation sauf un qui criait contre le patron dont la tête dépassait à peine du comptoir, Zekk s'approcha de la dispute.

- P'pa? C’est quoi ce bordel?
- Ce client refuse de payer sa conso.
- Pourquoi devrais-je payer pour boire cette pisse en bouteille, râla le consommateur en se tournant vers Zekk.
- Parce que cette pisse comme tu dit viens des réserve alors pose la monnaie sur le comptoir et casse toi, ordonna Zekk en crachant une bouffée de fumée à la figure du type.

Le client ivre se retourna vers le bar, prit une bouteille et donna et coup circulaire , Zekk vit le coup venir et brisa la bouteille du revers de la main gauche et écrasa sa cigarette entre les yeux de l'homme, celui-ci hurla mais Zekk ne lui laissa pas le temps de se reposer, il lui agrippa le poignet et le fit passer par dessus lui, suivant la trajectoire, l'ivrogne tomba vers Naruko, la blonde le regarda chuter vers elle puis effectua une reprise de volley qui envoya l'homme cuver de le coin le plus proche de la salle.

Le père de Zekk fit le tour du comptoir pour féliciter la blonde aux yeux bleus, la première chose que remarqua Naruko était pourquoi le patron était resté assis, il était dans un fauteuil roulant, voyant l'expression désolée de la jeune fille, celui-ci la rassura.

- T'en fais pas fillette, je me suis résigné à mon sort, de plus la note explosive qui m'a privé de l'usage de mes jambes aurait tout simplement put me les arracher.
- Désolé, je ne voulais pas...
- C'est rien, sinon tu m'as impressionné, tu as une sacré force dans tes jambes, mais tu aurais pût simplement le bloquer entre ton coude et ton genou, ça lui aurais brisé plus d’os.
- Oui mais l'état de mes bras m'empêche de m'en servir en combat, répondit t-elle en montrant ses bras bandés.
- Si tu veux je pourrais te les soigner après, dit Itomi en extrayant des bouts de verres de la main gauche de Zekk avant de refermer les plaies à l'aide d'un jutsu médicale.
- Pas la peine... même les med-nins de l'hôpital n'ont rien pût faire, je peux à peine les lever...
- Je demanderais à maman d'y jeter un coup d’œil.
- Ecoutez les filles, commença le père de Zekk, ce n'est pas que je veuille vous mettre à la porte mais...
- Il se fait tard et le quartier n'est pas très sur, finit Naruko.
- Exact, Zekk tu les raccompagnes?
- Ouai, venez les filles.
- Bonne soirée monsieur, saluèrent les filles en chœur.

Zekk raccompagna ses coéquipières jusqu'à une zone plus sécurisé, en chemin, il leur expliqua que le soir il aidait son père en tant que videur dans son bar, arrivés à mi-chemin de leur destination, ils furent arrêtés par 5 hommes, en proie à un fort désir charnel, le brun les reconnus comme étant des clients réguliers du bar de son père.

- La blonde va être facile à maîtriser, elle ne peut pas se servir de ses bras, nous connaissons bien le morveux mais faite attention à la dernière, elle connaît peut-être autre chose que des jutsu médicaux.
- Fait chier, j'arrive à peine à Konoha et je vois que rien ne change..., jura Itomi.
- De quoi tu parles? S’étonna Naruko.
- De mâle en chaleur, répondit Zekk.
- Que veux tu, c'est la rançon de la beauté, s'auto congratula la blonde.
- Je ne sais pas si tu as remarqué "princesse" mais ces abrutis en veulent à ta virginité.
- Arrête de m'appeler "princesse", ça m'énerve.
- Eh vous, et si vous arrêtiez de discuter, qu'on finisse, les interrompi l'un des cinq type.
- Oui assez discuté, siffla Itomi en craquant ses poings.

La fille de Tsunade chargea sans prévenir, elle dépassa vite les quatre premier et envoya un poing chargé de chakra dans la poitrine du dernier qui effectua un vol plané terminant dans des poubelles, elle se retourna et commença à massacrer son second, Zekk composa une petite série de signe pour prendre le reste du groupe dans un genjutsu.
Naruko voyant la situation en main baissa sa garde déjà fragile à cause de ses bras.
Parmi les hommes qui se tordaient au sol, l'un se releva prestement et courut vers "l'handicapée" du groupe, il dépassa Zekk qui trop concentré sur son illusion ne l'avait pas vu, l'homme attrapa les bras de Naruko et profita de la douleur occasionnée pour passer dans son dos.
En entendant le cri de douleur de leur amie, Itomi termina de boxer son opposant et Zekk finalisa son genjutsu se qui assomma ses proies, puis ils se retournèrent vers leur camarade, du sang imbibait les bandages là où l'homme empoignait les bras de la blonde.

- Lâche là, ordonna Zekk.
- Maintenant que je la tiens, je ne la lâcherais plus, reculez où je lui brise le cou.
- Tu es bien de Konoha? Pourtant tu n'as pas l'air de savoir qui elle est, soupira Itomi.
- Une charmante petite avec qui je vais m'amuser en pleine horizontalité.
- Je doute que son père soit d'accord, insista la fille aux cheveux blancs en tendant son index derrière l'homme et son otage.
- Tu crois que je vais marcher? si je regarde derrière vous allez en profiter pour m'attaquer.

La douleur insistante au bras de la blonde lui tournait la tête, son kidnappeur l'attirait en arrière, la courte discutions ne semblait pas atteindre ses oreilles puis elle vit Itomi indiquer quelque chose derrière elle et celui qui la retenait la lâcha.
Naruko tomba mais fut rattrapée par un nouveau venu, celui-ci la retourna à temps pour qu'elle puisse voir son père maintenir son agresseur à quelque centimètre du sol d’un seul bras.

- Ca va aller?

Naruko regarda celui qui l'avait rattrapé.

- Sasuke? Oui je crois...

Le ténébreux aida la blonde à se relever mais elle tenait difficilement sur ses jambes, quelques chunins arrivèrent pour débarrasser l'Hokage des agresseurs.

- J'aurais dû te laisser à l'hôpital, dit Yondaime en constatant l'état de sa fille.
- Non, je déteste les hôpitaux, ça pue et c'est trop blanc à mon goût.
- Je sais mais tu n'aurais pas eu le choix, d'ailleurs tu y retournes.
- Nan...
- Sasuke.

Le brun plaça Naruko sur une épaule comme un sac à patate sous les réflexions de celle-ci.

- Itomi vient avec nous et ...
- Zekk.
- Zekk et bien suis nous si tu veux.
- Merci mais je dois y aller maintenant, mon père aura peut-être besoin d'aide, amuse toi bien à l'hôpital, princesse.
- Zekk, J'vais te buter.


Dans une des salles blanches de l'hôpital, Tsunade examina les bras de Naruko, méticuleusement sur tout le long.

- C'est la première fois que je vois une brûlure pareillel...
- Vous allez pouvoir me guérir? demanda la fille de l'Hokage.
- Je crois oui, Itomi va me chercher des aiguilles.
- D'accord.
- DES AIGUILLES? POURQUOI FAIRE?
- En faite lors de mon examen, j'ai déjà essayé de te guérir mais comme deux aimants qui se repousse, mon chakra est repoussé par ta blessure, je vais utiliser des aiguilles pour y faire passer mon chakra par dessous ta peau.
- Et qu'est-ce que j'ai exactement?
- Brûlure des nerfs, ramollissement des muscles et inflammations de la peau, avec tous ça, je me demande comment tu supportes la douleur.
- Question de volonté, répondit Naruko en souriant.
- Oui une vraie tête de mule, renchérit Minato.
- Exact, c'est de famille.

Itomi rentra dans la salle avec un paquet d'où dépassaient des tiges métalliques aussi fines que longues.

- Je les aie, souri Itomi à sa mère et à Naruko mais pour une raison différente.


Et voila la fin du chap, des review ? *.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si... Naruto avait été une fille?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si... Naruto avait été une fille?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si ça avait été une fille ??
» Avec qui Naruto finira t-il?
» La petite fille qui n\'avait pas envie.
» Victor Hugo: un lien entre père et fille....
» Parchemin - La fille à la bouche cousue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rôle Play :: Rôle Play :: Fan Fic-
Sauter vers: